Il n’y a pas de crise financière mondiale mais une crise systémique mondiale irréversible et suicidaire !

Publié le par Luigi Chiavarini

Il n’y a pas de crise financière mondiale mais une crise systémique mondiale irréversible et suicidaire !

"Tous ruinés dans 10 ans?"

Mr. J. ATTALI

Mais pourquoi ?

Parce que votre argent est susceptible de servir au remboursement de la dette créée délibérément par le système pour pouvoir se ménager une rente à l’échelle mondiale.

Que faire donc ?

« ALLEZ A LA BANQUE ET SORTEZ VOTRE ARGENT AU PLUS VITE ! » et achetez de l’immobilier, de l’or en un mot des biens d’investissements dont la valeur marchande est et restera garantie.

Comment en sommes-nous arrivé là ?

Un montage à la Ponzi est organisé à l’échelle planétaire et fonctionne pour assurer le drainage des profits. C’est ce que l’on pourrait appeler « le capitalisme extrême » par opposition au capitalisme social, constructif. C’est un modèle frauduleux dans lequel la finance a pris une place qui ne lui correspond pas, qui est au-dessus de la véritable économie. En d’autres termes, le système financier et les institutions financières sont au-dessus de l’économie réelle alors que le système financier devrait toujours être dépendant de l’économie réelle afin de lui assurer les moyens de son développement pour produire des biens ou rendre des services pour la communauté. Force est de constater que aujourd’hui c’est exactement l’inverse. Nous assistons à un gigantesque combat de la finance contre l’économie ou plus exactement les économies nationale. Et c’est la finance qui a pris le dessus, ils ont gagnés et maintenant ils détruisent complétement le « corps économique » à l’image d’une tumeur maligne et ses métastases et cela va nous tuer.

Oui une pyramide de Ponzi a été mise en place dont voici le mécanisme articulé sur 4 piliers :

Insuffisance monétaire planifiée de façon qu’il n’y ait jamais assez de monnaie réelle (créée par les banques centrales) pour les besoins de l’économie, des particuliers, des états.

Puisque il n’y a pas suffisamment d’argent public (monnaie réelle) alors elle est substituée par une monnaie privée émise par le système bancaire privé qui exerce dès lors un contrôle sur les états et les banques centrales grâce à leur système de réserve fractionnaire[i] (prêts avec taux d’intérêt élevés). C’est de l’argent bancaire, l’argent de la dette qui croit de façon exponentielle. (ex : il y a 20 ans il n’y avait pas de marché des dérivé aujourd’hui il est estimé à plus de 500 trillions $ = 10 fois le PIB mondial, c’est ce rapport qui prouve que l’argent fictif a complètement englouti l’économie réelle)

Faire en sorte que l’endettement devienne la règle afin que les consommateurs, entreprises, états soient toujours endettés. ET surtout faire en sorte que rien ne puisse arrêter ce phénomène dévastateur, ni plan de sauvetage FMI, G20 , Obama, Inst. Eur. car les montants mis en jeux sont simplement trop colossaux. La question clé est : à qui doit-on cet argent ? Pourquoi la planète entière est-elle endettée auprès de quelqu’un ?

Privatiser le profit et socialiser les pertes et les dettes. Tout le système est organisé de façon à assurer la croissance afin que les flux d’argent des énormes profits générés par la croissance aillent vers les banquiers privés, actionnaires privés et autres privilégiés sélectionnés.

Une fois que le système s’effondre, comme ce fut le cas le 15 septembre 2008, alors toutes les pertes sont socialisées et comme tous les profits ont été privatisés ils ne sont plus disponibles pour réintégrer le système. Et c’est alors qu’interviennent :

  • - Les plans de sauvetage qui sont mis en place afin que les états renflouent les banques avec l’argent des contribuables. L’effet pervers le plus évident de ce mécanisme est les paupérisations généralisées des individus aux U.S. et en Europe.
  • - Les banques centrales, réserve fédérale qui émettent des trillions de monnaie pour combler les trous réalisé par l’argent fictif de la dette.

Malheureusement ce phénomène n’est pas nouveau, certains pays d’Amérique latine l’ont déjà vécu 3 fois en 50 ans. L’Europe et U.S. l’ont vécu en 1930, le Japon il y a 20 ans et les conséquences dévastatrices sont connues.

Il y a 3 plans possibles pour s’en sortir :

  1. PLAN 1 Injections de milliards comme le fit Paulson et G. Bush pour Bernanke ou Obama et M. Geitner ou Dragi. Le problème est que cette action bouche des trous abyssaux créés pas de l’argent fictif avec de l’argent réel (émis par les banques centrales). Dans ce cas de figure un risque réel d’hyperinflation connu existe vouant à l’échec ce plan.
  2. PLAN 2 Identique au précédent mais en liant l’émission du dollar (monnaie étalon internationale) à un équivalent « Or financier » dont la valeur ne sera pas nécessairement liée au cour de l’or physique accessible à tous. Dans ce cas de figure les U.S. pourront favoriser les pays amis utilisant l’étalon $ au détriment des autres favorisant de la sorte des parités d’échange à géométrie variable qui déplacerons les dettes et pertes vers des zones définies dans le monde : Amérique latine, Afrique, Moyen orient. Ce Plan a également peu de chance d’aboutir.
  3. PLAN 3 Donner un coup de pied sur l’échiquier en déclenchant une guerre mondiale alimentée par les armes nucléaires dont personnes ne connait les effets dévastateurs portant à la puissance xx les effets subi à Nagaski ou Iroshima.

Pourquoi avoir étayé cette constatation ?

D’abord pour permettre au plus grand nombre de comprendre « simplement » la situation dans laquelle la plupart de nos contemporains sont inconsciemment entrainé par cette crise systémique programmée, ensuite pour suscité l’indignation afin de faire quelque chose, c’est-à-dire que chacun doit comprendre et faire comprendre les mécanismes derrière ceci et identifier les responsables afin de pouvoir faire en sorte d’arrêter ce suicide collectif.

Ceci n’est pas uniquement un état de fait Européen et U.S. , mais planétaire, il faut agir à ce niveau et vite.

(Si vous pensez que cette réflexion est utile : Ce texte est libre de publication / traduction. Faites le circuler, traduisez-le)

[i] Désigne le droit pour une banque commerciale de prêter, par des jeux d'écritures, de l'argent qu'elle n'a pas et sur lequel, outre le remboursement par le débiteur, elle touchera des intérêts, sachant toutefois qu'elle devra se refinancer en collectant des dépôts pour maintenir son équilibre de bilan.

La réponse à la question Comment est construit le systéme à qui profite le systéme ?
 

le système est schématiquement bâti comme suit:

au 1er niveau de la pyramide
la population = les untités de travail=les esclaves de la dette
au 2 éme niv.
Organisme de contrôle de la population= gouvernement, media, education, religions
au 3éme niv.
Organisme de contrôle des ressources= Nyse, soc. cartes de crédit, soc. pétrolière, soc notations, ..
au 4éme niv.
Organisme de contrôle financier = banque mondiale, banque centrale Centrale,Banque des réglements internationaux, revenu d'intérêt, revenu des taxes, fond monétaire international.
au 5éme niveau
Les groupes de réflections réunissant les famille les plus puissante de la planète= les tables ronde= comission trilatéral, le groupe de bilderburg, conseil des relations étrangères, club de rome, Inst. royale des affaires internationale,  
au 6éme niveau
le comités des 300= les 300 familles les plus puissante et riche du monde
au 7éme niveau
le conseil de la couronne= les 13 famille les plus riches
 
chaque niveau est piloté par le niveau supérieur qui l'exploite
les niveaux 2 à 4 sont les groupes de contrôle
les niveaux 5 à 7 sont les niveaux qui établissent la stratégie et exploitent le système
entre le niveau 4 et niveau 5 il y a les soc. de franc maçonnerie, les loges.
 
C'est donc assez "transparent" comme système.
Je suppose que votre prochaine question est qui sont ces familles?
 
Voici les 13 : 
 
Rothschild (Bauer or Bower) - Pindar
Bruce
Cavendish (Kennedy)
De Medici
Hanover
Hapsburg
Krupp
Plantagenet
Rockefeller
Romanov
Sinclair (St. Clair)
Warburg (del Banco)
Windsor (Saxe-Coburg-Gothe)

Commenter cet article

Thibault Erikson 09/04/2015 05:45

Une des premières choses à expliquer au mouton mais bon il déjà trop tard